Appui aux groupements paysans de Gomponsom

Adresse:

38410 St Martin d'uriage
Tél.:
04 76 89 53 94
Zone:
Afrique subsaharienne
Pays:
BURKINA FASO
Localisation:
Au Nord-Ouest de la capitale Ouagadougou, à proximité de la ville de Yako, dans la province du Passoré, se situe la région de GOMPONSOM, commune regroupant 15 villages de paysans
Domaines d'action:
Développement rural
Résumé du projet:

Centre Para scoalires: Afin de contrer un minimum le taux de non-scolarisation croissant d’enfants (et surtout de jeunes filles), l’Association a mis sur place des Centres Para Scolaires (1 initié en 1996, ouverture progressive en fonction de demandes de certains villages, 4 en fonctionnement en 2005). Le principe consiste à rattraper un niveau de scolarisation minimum auprès de jeunes filles n’ayant pas été envoyé à l’école, afin de leur permettre a minima de pouvoir lire et écrire en français, voire de pouvoir réintégrer le cursus scolaire normal. L’investissement des parents consiste à fournir les matériaux pour construire le local et à s’engager à dégager du temps pour la jeune fille souhaitant participer aux cours pendant la saison sèche, et des parrains en France financent une année de scolarité par l’achat du matériel nécessaire (bancs, ardoises, craies, cahiers), et par le versement d’une indemnité à l’animatrice du Centre. En 2006, une centaine de jeunes filles ont bénéficié de cette action. Charrettes: Depuis 1997, à raison de 3 charrettes par an en moyenne, commandées à un forgeron local, ce sont 60 familles, sur environ 1000, qui ont pû bénéficier de ce programme. L’Association avance l’argent pour la construction des charrettes, et les 2 copropriétaires remboursent les 2/3 de ce crédit sur 3 ans, ce qui permet chaque année à d’autres familles d’être bénéficiaires du prêt, avec un apport en fonds de roulement minimisé pour l’Association. Le suivi annuel montre que toutes les charrettes sont en bon état, y compris les premières, et les impétrants pour bénéficier de ce prêt sont toujours aussi nombreux. Elevage : - Le démarrage d’une action d’élevage de « moutons de case », par l’octroi d’un prêt pour l’achat du mouton (de l’ordre de 8500 CFA), permet à une femme de revendre ce mouton à un prix proche du double, ce qui lui génère un bénéfice important après remboursement du prêt. Cette action a été reprise en 2005 sur le plan financier par la Banque paysanne locale, et s’étend actuellement sur environ 90 femmes. - Suite à une demande de l’Association Kombi-NAAM, a été initiée en 2003 un projet-pilote d’embouche bovine, par l’acquisition de 3 boeufs.