Durablement pour les générations futures

Adresse: 24 rue des Dames de Charly

03420 MAZIRAT
Tél.:
0752517669
Courriel:
Zone:
Afrique subsaharienne
Pays:
TOGO
Domaines d'action:
Action sociale, Agriculture/Pêche, Appui institutionnel, Collecte et envoi de matériel, Commerce équitable, Culture, Développement rural, Droits de l'Homme, Eau, assainissement, Economie, artisanat, Education, Energie, Francophonie, Genre, femmes et développement, NTIC, Santé, Urgence / humanitaire
Résumé du projet:

Le présent projet rentre dans un cadre humanitaire visant le retour à l'autonomie des quatre villages, une amélioration notable de la vie des villageois, par une mise en synergie de l'activité dans le domaine agricole, élevage, arboriculture, pisciculture, d'éducation et de santé visant l'amélioration de l'aspect économique de la zone et l'amélioration des problématiques affectants l'organisation même des villages voir l'humain (mortalité infantile, hôpital à 150 km (Mango), dispensaire entre 10 et 25 km).

Un premier audit dans ces villages a été effectué le 27 janvier 2020, suite aux cris de détresse que nous avons reçus des comités de chaque village (CDV) . Ces villages font partis de l'une des poches de pauvreté rurale que compte la région des Savanes. La population nous a accueilli chaleureusement afin que nous puissions débattre et envisager des solutions.

A) Constats :

- La populations est composée de plusieurs ethnies (Tchokossi, Kokomba, Mossi, Gangan, Peuhl) vivant en harmonie,en majorité d'origine animiste ou arabe selon l'historique de la région des Savanes, ce qui donne la richesse traditionnelle et culturelle du lieu. On dénombre pour l'ensemble des quatre villages une population d'environ 1000 habitants .

- La fuite d'une partie de la jeunesse montante du sol natal (immigration vers la ville ou pays voisins).

- La seule infrastructure d’eau potable des quatre villages était le forage hors d’usage depuis quelques années. Les habitants s’approvisionnent en eau, à la rivière. Quelques mares permettent l'abreuvement du bétails (bouviers peuhl).

- Depuis l'origine des villages, les infrastructures scolaires primaires publics (EPP) de l'ensemble des villages sont précaires. Des conditions défavorables pour un bon déroulement des cours, base des échecs et des abandons répétés dans ces écoles, celles-ci sont liées à :

- L’écoulement de l’eau dans les salles entraînant un arrêt momentané des cours, - Le manque d’équipements, pas d'électricité,

- Le froid pendant la période de l’harmattan,

- Le manque d'hygiène dû à la limitation de l'eau (apport journalier par bassines), - Le manque d'un coin cantine (hygiène, malnutrition),

- La fatigue des enfants de part le trajet pour venir à l'école, la pratique de la corvée d'eau et des effectifs sur-tassés au niveau des classes.

Effectifs actuels des classes de l'école la mieux dotée ( les élèves sont quatre par table-banc) :

CP1-CP2 : 51, CE1 -CE2 : 59, CM1-CM2 : 20 soit, un total de 130 élèves . Il y a

quatre enseignants dont deux sont volontaires et recrutés par la population locale. - Pas de latrines.

Actuellement, faire ses devoirs à même le sol.

- Pas de dispensaire, il faut aller au bourg voisin (entre 10 et 25 Km).

- Quelques enfants malnutris.

- Manque l'équipement d'un jardin d'enfant.

- Culture agricole bio (maïs, mil, sorgho, igname, manioc, riz, soja) ; Cheptel de bovins, caprins, ovins, porcins. - Quelques coopératives familiales au sein des villages.

- Il faut améliorer la qualité de l'environnement par plantation d'arbres d'essences variés et sélectionnées ainsi que répondre aux problématiques repérées.

- Revoir l'accès de certains villages depuis la route nationale.

- Possibilité de projets innovants pédagogiques et d'éducation, visant les nouvelles générations (dès l'élémentaire et accompagnant sur plusieurs années) pour le bien vivre ensemble local et l'amélioration de l'environnement.

- Dotations de terres pour le projet acquises.

- Les villageois s'investissent humainement dans le projet.

B) Re-dynamisation de l'attraction de la zone:

Le suivi de l'évolution du projet dans la prospective :

Pour et avec les villageois, tout est mis en oeuvre pour rendre l'autonomie aux villages :

- Le réseaux des ONG togolaises affiliées à la plate-forme de mise en synergie Kekchose Plus Togo (reconnues par les autorités dans l'aide au développement du pays) pouvant intervenir dans différents domaines au plus près de la population :

- Campagnes de prévention santé (accompagnement et formation),

- Accompagnement sur les chantiers, formation de la jeunesse, contrôle de la mise en œuvre et de la qualité des infrastructures,

- Création et suivi des Comités de Gestion de l'Eau (indépendants du Comité de Développement Villageois),

- Le relationnel avec les services des ministères concernés, les préfets, etc ... ,

- La question du Genre et la mise en place des AGR (activités génératrices de revenu), le business-plan des jeunes, - Protection de l'enfance, Santé communautaire.

- Suivi des coopératives existantes et de l'artisanat.

- Suivi de coopération avec les centres de recherche et d'amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du PNIASAN togolais.

- Plusieurs audits de prospective de moyen terme concernant l'évolution économique et la durabilité environnementale dans le cadre du bien vivre ensemble des villageois.

- L'ensemble se fera avec la participation des services étatique du Togo.

Année de début:
2020