projet D.I.S.Co.R.S.I Migranti : les premières études sont disponibles

Version imprimableVersion imprimable
Comment faciliter l’intégration socio-économique et l’accueil des ressortissants étrangers à leur arrivée ? mené en partenariat avec RESACOOP - un site internet en ligne

C’est à partir de cette question posée par la Région du Piémont, en Italie, que le projet D.I.S.Co.R.S.I Migranti (pour Dialogue Interrégional sur les Services en termes de Compétences, Résidence et Santé pour l’intégration des migrants) a vu le jour.

discrosi migranti

Ce projet s’intéresse autant aux solutions institutionnelles qu’aux initiatives de la société civile.
Le premier objectif du projet est d’observer les pratiques innovantes ou émergentes, et les services disponibles en Auvergne Rhône-Alpes et en Catalogne, pour proposer des ajustements dans le Piémont. 

Plusieurs acteurs de chaque territoire (dont des membres du GIP RESACOOP) ont été impliqués pour mener des observations sur leur territoire et identifier l’existant, sur chacune des trois thématiques du projet : reconnaissance ou renforcement des compétences des ressortissants étrangers, accès à la résidence, accès à la santé.
 
Ce faisant, un ensemble de ressources est en train de se constituer. Il permet de mettre en valeur les initiatives existantes et de souligner les manques. 
Une étude comparative a été menée dans les trois régions, qui met l’accent sur le rôle central des communautés de migrants pour améliorer les services. 
 
Un portail en ligne recense les premières observations de cette étude.
Les prochaines étapes du projet concernent la mise en valeur des résultats, l’expérimentation de nouveaux services (ou de nouvelles manières de proposer ces services) et l’ouverture du dialogue entre tous les acteurs concernés. Le portail devrait donc s’enrichir rapidement. 
 
Discorsi Migranti est porté par le Consortium des ONG du Piémont en partenariat avec RESACOOP - et plusieurs de ses membres-, la Fédération catalane d’ONG pour le Développement et SOS Racisme Catalunya.
Le projet est financé par l’Union Européenne et le Ministère de l’Intérieur italien, via le Fonds Asile, migration et intégration (FAMI)
 
validité de l'information : 
Lundi, 26 Mars, 2018